Fermer le menu

Faire passer son cheval de l'équitation classique à l'équitation western

  • Par
  • Publiée le 16 juillet 2018
  • 796
  • 10
  • 2
Partager

Si ce n’est par envie directe, il peut arriver que l’on soit amené à décider de procéder à un tournant en terme d’activités avec nos chevaux. Parfois, l’équitation traditionnelle avec ses codes, ne suffit plus à combler le couple cheval/cavalier. Pourquoi ne pas tenter une autre approche ? À travers ce changement de perspective, on peut envisager de bouleverser ses idées, ses automatismes, sa façon d’aborder le cheval et sa mécanique, et bien d’autres aspects encore. Certains chevaux ne sont plus réceptifs, ils deviennent comme blasés. L’équitation western peut constituer une alternative intéressante. À savoir toutefois qu’il peut s’avérer compliqué de faire le pont dans le sens inverse.

La culture western

L’équitation éponyme prend ses sources en Amérique, dans les ranchs où les hommes passaient leur temps à cheval pour gérer le bétail. Les surfaces sur lesquelles ils évoluaient  étaient gigantesques, et l’enjeu majeur était de pouvoir utiliser les chevaux sans les user. D’un point de vue pratique, c’est de là que le dressage western s’est développé et précisé. Grâce à des codes fins, ponctuels, et en faisant appel aux aides basiques (voix, poids du corps, notion de confort pour le cheval…), la monte western a pour vocation de simplifier l’existence de l’animal et de son cavalier.

L'équitation western aujourd'hui

Ce n’est plus par nécessité mais par passion (tout au moins en Europe) que beaucoup de personnes se plongent dans la culture western. Il est rare de voir des agriculteurs en France, se déplacer à cheval pour diriger leurs vaches d’un pré à la salle de traite… Blague à part, il est actuellement possible d’avoir de réelles affinités pour une ou plusieurs disciplines western. Un peu comme un cavalier qui se prêtera au jeu du concours complet en se soumettant à différentes épreuves, ou bien à un dresseur, qui à ses heures perdues pratique aussi le horse ball ?

L’initiation

Avant de bouleverser toutes les habitudes et méthodes avec votre cheval, il est indispensable de se rendre dans une structure où l’on prendra le temps de vous expliquer ce en quoi consiste l’équitation western. En côtoyant des chevaux maîtres d’école - à côté desquels vous serez en mesure de vous imprégner de cette culture -  et sous la houlette d’un enseignant bienveillant, le plus gros de votre mise à l’étrier (sans jeu de mots) se fera dans un premier temps à pieds. À l’issue de plusieurs heures en pleine immersion, vous pourrez constater si oui ou non vous êtes conquis(e) ! De fait, connaissant parfaitement votre cheval, vous pourrez tout aussi bien commencer à imaginer une possible reconversion.

L’apprentissage

Si après plusieurs cours ou stages votre envie de changement se confirme, c’est qu’il est l’heure d’approfondir vos connaissances. N’hésitez pas à expliquer à votre nouvel enseignant ce qui vous pousse à inclure votre cheval dans cette décision. En partant du principe que les méthodes propres à l’école western sont universelles, il n’y aucune raison pour que votre monture ne puisse pas y être introduite. Patience et remise en question seront vos fers de lance. Techniquement, faire passer un cheval de l’équitation classique à l’équitation western, c’est tout mettre en oeuvre pour le désaccoutumer de réflexes et de réponses à des stimulis, qui ont constitué son utilisation durant de nombreuses années. Petit à petit, après un très long travail à pieds, et la familiarisation avec un nouveau harnachement, il y a de grandes chances pour que votre monture et vous même soyez en route pour une aventure ludique et gratifiante.

L’école western, source de surprises

Prenons l’exemple vécu d’un poney, très tonique, avec lequel le contact main - bouche était compliqué. Ce poney à moins d’être rênes longues, ne faisait que piaffer et trépigner après avoir trotté et galopé. Impossible par la suite de le ravoir dans le calme, à moins de se remettre rênes à la couture. Il n’était pas question de l’emboucher avec de sévères mors, puisque le problème n’aurait de toute façon pas été réglé.  Lors d’un événement X-trême race, ce poney a été familiarisé à l’équitation western, en étant monté par un spécialiste jeunes chevaux quarter horses. Harnaché d’un mors américain et d’une selle western : surprise colossale en observant le couple évoluer dans le calme, et avec une souplesse incroyable. L’expertise du cavalier y était bien entendu pour beaucoup, mais il n’y avait aucune bagarre, et le poney a semblé trouver un confort jusque là insoupçonné. La propriétaire de ce poney a fini par le reconvertir. De longs mois pour ne pas dire années, à réapprendre en binôme comment fonctionner et se faire plaisir en toutes circonstances. Stages, apprentissage de méthodes avec des chevaux d’école, et reproduction des exercices avec son propre poney : une nouvelle vie pour un couple qui sans s’être mis à la compétition western, a fini par trouver un équilibre qu’il n’aurait pas forcément pu atteindre autrement.

Selon l’historique, le dressage, la vie, l’âge d’un cheval, il peut être compliqué de réussir à monter dans le calme et sans tensions (par le bais d’une monte classique). Personne n’est incriminé, et la plupart des cavaliers font du mieux qu’ils peuvent avec leurs bagages respectifs. Échanger ne serait ce que quelques mots avec un professionnel de l’équitation western, peut vous permettre d’explorer de nouvelles pistes avec un cheval que vous constatez peu épanoui dans sa vie traditionnelle.

Certains propriétaires, ne sont absolument pas témoins de problèmes particuliers avec leurs chevaux. Ils décident simplement de changer d’école, par conviction, par intérêt plus développé, par goût du challenge également.

Trouver des solutions

Au regard de la popularité avérée de l’équitation western, il ne s’agit pas de trouver des solutions alternatives, mais plutôt de solutions globales. À l’instar des différentes méthodes employées par les cavaliers “classiques”, cette monte se veut confortable et soucieuse de l’animal. Il est désormais possible de passer les galops fédéraux avec la mention western, et même de se lancer en compétition.

Pour toutes les personnes qui se sont retrouvées à travers ces quelques lignes, ou pour celles et ceux qui souhaitent témoigner de leurs expériences, n’hésitez pas à nous communiquer vos retours!

Les passionnés à la recherche d’un cheval à vocation western pourront aussi trouver leur bonheur ici.

Vous avez trouvé cet article intéréssant ?

Commentaires

Vous devez être connecté pour pouvoir commenter cet article.

Pas encore membre ? Créer un compte

equirodi

A propos de l'auteur

EQUIRODI

Depuis 2006, Equirodi connecte le monde du cheval grâce au site d’annonces équestres Equirodi.com. Référence incontournable sur le marché français, Equirodi est aussi présent à l’international. Chaque jour des milliers de passionnés de cheval et d'équitation se retrouvent sur Equirodi pour acheter et vendre chevaux, camions, propriétés, matériel, selles, pensions, stages, emplois... et bien plus encore.

Equirodi vous recommande